WordPress, 20 ans après

J’ai effectué ce week-end la bascule de notre site Internet depuis quelques pages statiques vers une version dynamique, avec WordPress bien entendu. J’utilise ce CMS depuis 2004, nous en étions alors à la version 1.0, vingt ans déjà. WordPress était sorti l’année précédente mais je ne travaillais qu’avec Joomla, son principal concurrent. Si pour un débutant, WordPress semble être une usine à gaz, je leur déconseille d’essayer Joomla qui a tout de la gigafactory à gaz multiples et dont la puissance n’a d’égale que la complexité.

WordPress est devenu depuis lors mon compagnon de voyage sur la route du web. Et des sites, des blogs, j’en ai créé beaucoup, du plus simple au plus complexe, des quelques pages d’un artiste ou d’une association à celles de petites entreprises parfois tentées par un peu de e-commerce. WordPress peut tout faire, enfin non, on peut tout faire avec WordPress, ou presque. Bien entendu, cela reste une solution légère, inadaptée (quoi que…) pour des projets de grande ampleur. Mais pour la plupart des entreprises, WordPress peut convenir et faire le job.

WordPress un jour…

Vingt ans de WordPress c’est autant d’anecdotes, de joies, de galères, de mises à jour, d’évolutions légères ou plus radicales. Le Responsive design puis le passage à Gutemberg (l’éditeur de blocs de textes), l’arrivée d’Elementor et celle de l’IA ont été de sacrés changements. Autant d’années sur le même CMS, c’est apprendre à lutter contre le piratage, à développer des extensions spécifiques (j’aime le code, ça me détend), à régler des « templates » (j’adore le CSS), à tester des extensions parfois très utiles et parfois beaucoup moins, à écrire des articles, gérer le SEO, l’accessibilité… Et j’apprends toujours, chaque jour, parce que j’aime ça et que tout m’intéresse, les mains dans le cambouis… Jamais seul, WordPress c’est une communauté où l’on peut échanger, des astuces, des tutos, des portions de code (que l’on peut créer ou améliorer avec ChatGPT). On y parle anglais mais pas que, c’est une tour de Babel où règne effectivement le brouhaha et la confusion mais où tout le monde se comprend et où chacun peut contribuer.

Vingt ans déjà, beaucoup de souvenirs, bons ou moins bons, on apprend que de ses erreurs. C’est un anniversaire, celui d’une expérience accumulée au fil du temps et des rencontres. Et je suis toujours sur la route, peu importe la destination, ce qui compte réellement sont celles et ceux avec lesquels on chemine. Vous peut-être… ?

.WordPress { content : ‘I love you’ ;}